Unité N°1: a Mass E...
 
Notifications
Retirer tout

Unité N°1: a Mass Effect story

Page 1 / 3

Dr Sordin Molus
Posts: 67
Début du sujet
(@dr-sordin-molus)
Membre
Inscription: Il y a 5 ans

Il m'est venu une envie d'écriture, que j'ai consacrée à romancer les palpitantes aventures galactiques d'un Groupe d'Enquête, Infiltration & Sécurisation Trans'espèce, une des fameuses unités spéciales du Conseil. Ces aventures vécues autour de l'année 2205, dans la droite ligne de l'univers de Mass Effect: Nouvelle Ère, seront publiées en suivant les recettes d'une première saison d'une bonne série TV: un épisode pilote haletant, des personnages qui se découvrent dans leur profondeur tout au long des épisodes, un adversaire qui se dévoilera de même au fil de l'histoire... Peut-être une seconde saison à venir? Je n'en dis pas plus long, place à l'action!

11 Réponses
Dr Sordin Molus
Posts: 67
Début du sujet
(@dr-sordin-molus)
Membre
Inscription: Il y a 5 ans

  • Épisode 1: La flamme d'un héros

    Flux d'Arcturus – Système Euler – Planète Benning –
    Sur le site d'une raffinerie à l'abandon –
    Par une nuit très illuminée !...

  • –- Embuscade! avait hurlé Guerdan. Par la Déesse, abritez vos culs où vous pouvez! Ces bâtards nous canardent de partout!

    Dès les premiers tirs, la Spectre asari avait déployé autour d'elle une puissante Barrière biotique, une aura bleutée contre laquelle semblaient s'écraser les rafales ennemies. Tandis que Guerdan attirait le feu sur elle, les quatre autres membres de son unité, Damon, Serval, Feylin et Lenks, s'étaient égayés et jetés derrière les abris les plus proches, non sans avoir vu leurs boucliers cinétiques sérieusement entamés par de multiples impacts. Tous avaient activé leur module de vision nocturne après avoir quitté leur navette, posée en bordure de la raffinerie désaffectée. L'amélioration optique leur avait permis d'identifier leurs adversaires: des Soleils Bleus, une redoutable organisation mercenaire lourdement armée et extrêmement disciplinée, composée de Butariens, Humains et Turiens en armures standardisées bleues et blanches. Les Soleils Bleus s'étaient retranchés au sommet de trois des tours de la raffinerie à ciel ouvert, couvrant en hauteur tous les angles autour de la position des agents; et a priori, ils disposaient de plusieurs drones d'assaut, et d'au moins un lance-missile portable!


    * * * * * *

    Tout n'avait pourtant pas si mal commencé, se rappelait Guerdan. Quatre jours plus tôt, sa petite équipe d'agents de terrain avait quitté la Citadelle: leur supérieur les avait envoyés enquêter sur d'inquiétants détournements d'élément zéro, constatés sur un grand nombre de sites d'extraction d'Eldfell-Ashland Energy. Mises bout à bout, ces malversations représentaient en effet d'importantes quantités de ce minerai stratégique; et surtout, elles semblaient faire partie d'un dangereux plan d'ensemble concerté. Les recoupements des détournements par date et importance avaient tout d'abord orienté notre équipe vers le secteur du Flux d'Arcturus, puis avaient désigné le monde de Benning en tant que plaque tournante.

    À Joughin, la capitale planétaire de la petite colonie, les enquêteurs avaient remonté quelques pistes jusqu'à un précieux intermédiaire butarien. Un faux cul de première, oui, avait immédiatement songé Guerdan. Ce type avait prétendu pouvoir leur faire rencontrer - moyennant finances, bien sûr! - un ancien comptable humain d'Eldfell-Ashland, prêt à leur communiquer les irrégularités qu'il avait relevées dans les bilans de la raffinerie d'hydrogène où il avait travaillé. Celle-ci était en cessation d'activité récente, suite à une série d'accidents mortels doublée d'une faillite frauduleuse, toutes choses apparemment liées au trafic généralisé d'ézo chez EAE. C'était sur ce site désaffecté qu'il connaissait bien, niché au cœur d'une vaste région désertique s'étendant à plus de 400 kilomètres de Joughin, que l'homme se sentant traqué avait dissimulé le DSO renfermant les preuves. Et c'était là-bas que par l'intermédiaire du Butarien, il avait donné rendez-vous aux enquêteurs – de nuit, par souci de discrétion.

    Guerdan avait trouvé la traque trop facile; et pour reprendre ses mots exacts, tout ça puait le piège à en dégueuler! Ses quatre agents, eux, ne s'étaient pas sentis mécontents que pour une fois, une de leurs enquêtes n'exige pas son lot de bagarres, d'acrobaties, et d'interrogatoires mouvementés. Mais cette fois encore, les faits avaient donné raison à la très longue expérience de terrain de la Spectre asari. Et à présent, leur mission risquait bien de prendre fin ici, par une nuit sans lune, sur une friche industrielle perdue au milieu de nulle part. S'ils sortaient vivants de ce merdier, il allait falloir retourner à Joughin dire deux mots à cet enfoiré d'indic à quat'z'yeux...

    * * * * * *

    Pour l'heure, Guerdan s'échinait à maintenir tant bien que mal sa Barrière biotique, mise à rude épreuve par l'intensité du feu ennemi, tout en pestant très vertement contre le brouillage mis en place par les Soleils Bleus qui l'empêchait de contacter sa frégate de soutien. Si le halo bleuté autour d'elle parvenait à bloquer efficacement la plupart des projectiles légers, elle n'avait survécu au tir d'une roquette ML-77 que grâce au sacrifice d'un des drones de l'équipe, qui avait intercepté le missile en se plaçant sur sa trajectoire. Feylin, l'autre Asari du groupe, tentait de se faire la plus petite possible derrière les débris hachés des piles de caisses où elle s'était jetée dès les premiers tirs. Sa spécialité de Charge au contact renforcée de puissance biotique était sans utilité face à des adversaires retranchés à une telle hauteur. Elle se contentait donc de lancer sans conviction quelques Déchirures, sans grand effet contre des tireurs bien abrités.

    Lenks, l'Ingénieur galarien, avait déjà sacrifié ses deux drones légers; et ses puissants boucliers cinétiques venaient juste d'être saturés par des impacts en rafales, lorsqu'une dernière balle l'avait atteint entre le cou et l'épaule. La légèreté de son armure technique, et sa faible constitution d'amphibien, rendaient toute blessure dangereuse pour lui. Mais pour un échalas cartilagineux, Lenks était un dur à cuire qui en avait déjà vu d'autres. Il venait de s'appliquer une dose massive de Médigel, et récupérait un moment à l'abri d'un engin de chantier; il serait vite prêt à reprendre du service. En attendant, l'Ingénieur reconfigurait son Omnitech, qui venait de déjouer une tentative ennemie de prise de contrôle à distance.

    Retranchés ensemble dans un solide abri modulaire, Damon le Sniper humain et Serval le Franc-tireur turien, tous deux tacticiens confirmés, avaient déjà établi la moins réjouissante des évaluations de leur situation désespérée. Ennemis déployés en position dominante sur trois fronts, couvrant tous les angles; armes lourdes, supériorité technologique évidente; pas de communications radio, pas d'axe de progression couvert, pas de voie de retraite vers la navette; en conclusion: l'équipe était condamnée!

    C'est alors que Serval se souvint tout à coup du briefing de mission, et surtout du repérage des lieux sur l'holo 3D projeté par Lenks. Deux des colonnes de traitement des gaz volatils n'avaient pas été purgées avant la fermeture précipitée de la raffinerie, et l'une d'elles était justement la tour au sommet de laquelle s'était retranché le peloton d'armes lourdes des Soleils Bleus. Depuis sa position, un mur de sécurité bétonné empêchait le Turien d'avoir une vue directe sur la base du dangereux réservoir; mais un plan, une idée folle, commençait à germer dans son esprit. Il jeta un regard rapide en direction de Feylin tapie dans les vestiges de son bastion précaire: le peu qui restait encore des caisses qui protégeaient la pauvre Asari n'allait plus tarder à voler en éclats. Affermi dans sa résolution, le Franc-tireur s'empara brusquement du lance-grenade M-100 que son compagnon humain avait détaché du dos de son armure et posé au sol pour mieux se concentrer sur son fusil de précision. Le Sniper était alors en train d'abattre en vol son deuxième drone d'assaut ennemi.

    -– Excuse-moi Damon, je t'emprunte ça. Je ne peux pas te promettre que je te le rapporterai...
    -– Bordel, Serval! Qu'est-ce que tu fais?!
    -– Je fais ce qui doit être fait, petite tête d'Humain... Nous les Turiens, on fait toujours ce qui doit être fait. Tu diras à Feylin que... Tu lui diras, quoi...

    Et sur ces derniers mots, Serval activa son camouflage optique et s'élança dans la nuit hors de l'abri de chantier, lance-grenade en mains, en direction de la principale position des Soleils Bleus.

    Comme il s'y attendait, son écran d'invisibilité ne survécut pas longtemps au milieu de la grêle de projectiles qui emplissait l'air ambiant. Au premier impact, son camouflage se désactiva et le dévoila aux yeux de tous, cible parfaite. Tous les tirs des Soleils Bleus se concentraient à présent sur lui. Mais le Turien n'appartenait pas pour rien à une espèce particulièrement véloce, apparentable aux anciens Raptors terriens: son sprint était ébouriffant, et ses brusques changements de direction laissaient se perdre dans le vide la plupart des rafales qui lui étaient destinées. Quelques balles parvinrent pourtant à s'écraser sur sa barrière cinétique. C'était justement afin de tenir quelques secondes de plus que le Franc-tireur avait surchargé ses boucliers avant d'entamer sa course folle. Grand Esprit, juste quelques secondes de plus!

    Les boucliers de Serval lâchèrent pile au moment où il atteignit l'angle du mur de béton, et se retrouva devant la colonne gazière au sommet de laquelle s'étaient établis les Soleils Bleus. Alors qu'il épaulait son lance-grenade, le Turien adressa mentalement une très courte invocation à l'esprit de son unité, sa petite fratrie d'armes. Toute sa volonté se concentra dans ce tir, le dernier et le plus important de sa vie. Un seul projectile lui suffit à atteindre son but: la grenade détonante s'écrasa pile entre les deux conduites qu'il visait.


    Dans un fracas de tonnerre, un pilier de feu déchira la nuit, avant de se disperser en altitude en un panache de flammes bleues. La déflagration pulvérisa le mur de protection derrière lequel avait disparu Serval. Mais cet obstacle parvint cependant à atténuer suffisamment le souffle pour en préserver les agents au sol. Il ne protégea pas en revanche les mercenaires postés en hauteur sur les deux autres tours voisines: plusieurs d'entre eux furent soulevés par-dessus les rambardes et projetés dans le vide!

    Le cataclysme avait volatilisé tout un pan majeur du dispositif des Soleils Bleus. Le commandant d'unité, le tireur missiles, l'opératrice drones, le hackeur... Tous ces éléments clés du groupe ennemi étaient en train de redescendre lentement du ciel nocturne par petits morceaux incandescents. Les mercenaires réduits en nombre n'occupaient plus désormais que deux fronts disjoints, et leurs tirs croisés laissaient maintenant ouverts plusieurs angles morts. Le brouillage des communications avait disparu. À présent, les cartes étaient rebattues. À présent, les agents du Conseil avaient une chance de l'emporter.

    Médusés, les Soleils Bleus survivants avaient cessé de tirer. Alors dans le silence retombé après le roulement de l'explosion, on put entendre le hurlement de désespoir d'une Asari:

    –- Servaaaaal !!!

    [...]

    Répondre
    Dr Sordin Molus
    Posts: 67
    Début du sujet
    (@dr-sordin-molus)
    Membre
    Inscription: Il y a 5 ans

  • Épisode 2: Le rempart de la Citadelle

    Anneau du Présidium sur la Citadelle, locaux du Ministère de la Défense Concilien –
    Bureau de l'amiral Padias Eldon, 9e Flotte concilienne

  • Le vieil amiral galarien survolait à nouveau les données de la mission que le MDC lui avait confiée, rassemblant les éléments pertinents de toute la vitesse de son esprit. Oui, oui, tout concorde... Trop d'implications politiques pour déployer une force militaire qui serait perçue comme une menace. Trop de points troubles à éclaircir d'ailleurs pour recourir d'emblée à la force brute: une enquête préalable s'impose. Trop dangereux pour autant d'expédier un Spectre en solo: ces agents spéciaux du Conseil de la Citadelle ont beau être des éléments exceptionnels, triés sur le volet, cette mission présente un niveau de danger assez élevé et requiert trop de compétences variées pour n'y assigner qu'un unique exécutant, si talentueux soit-il.

    Oui, décidément, il était logique d'avoir confié cette affaire aux bons soins de la 9e Flotte – ou en d'autres termes: au service du renseignement militaire concilien. Cette mission-ci entrait en effet parfaitement dans le champ d'action des Groupes d'Enquête, Infiltration & Sécurisation Trans'espèces, ces unités spéciales du MDC dont l'amiral supervisait les interventions. Fort heureusement, celui-ci avait très précisement sous la main l'équipe adéquate pour cette mission sensible: l'Unité GEIST N°1. Oh bien sûr, la numérotation est purement administrative; mais les membres de ce groupe en tirent une grande fierté personnelle, et tendent à se considérer comme la crème des GEIST.

    Son drone d'assistance signala à l'amiral que les agents qu'il avait convoqués venaient d'entrer dans l'immeuble du Ministère. Cela lui laissait le temps de relire une dernière fois leurs états de service, remis à jour après leur dernière mission sur Benning. Pour un Galarien à l'esprit toujours vif, ce ne serait l'affaire que de quelques secondes...


    À la tête de l'Unité tout d'abord: Dame Guerdan Qoliad, Foudre de guerre asari, 643 ans dont 224 années intensément vécues en tant que Spectre. Un visage bien peu avenant pour une Asari, peut-être dû autant à son expression sévère qu'à quelques cicatrices mal placées. La plupart de ses interventions lors de la Guerre du Dernier Cycle restent classées confidentielles; mais il est notoire qu'elle avait organisé l'exfiltration de nombreuses personnalités scientifiques essentielles sur des mondes envahis par les Moissonneurs – et accessoirement, qu'elle avait botté pas mal de culs chez Cerberus! L'entraînement biotique de Guerdan l'a surtout orientée vers la levée de puissantes Barrières défensives, ce qui l'indique davantage comme membre d'une équipe que comme agent indépendant. Même si la tendance du moment est de confier prioritairement les groupes de mission inter-espèces à des Spectres humains, réputés les plus aptes à obtenir le meilleur des qualités de chaque peuple, la longue expérience de Dame Qoliad, sa ténacité reconnue, ainsi que sa rigueur éprouvée dans l'encadrement d'équipes et la planification de missions, l'ont désignée comme un choix évident pour prendre la tête d'une unité GEIST.

    L'attention de l'amiral se reporta ensuite sur les données personnelles du binome naturel de Guerdan, l'autre composante biotique du groupe: Feylin Adamas, ex-chasseresse des commandos de la République asari. Une Valkyrie, spécialiste du combat au contact, consacrant sa puissance biotique à la rapidité et à l'amplification des coups qu'elle porte. Si Feylin est clairement l'arme fatale du groupe, elle en est paradoxalement aussi la négociatrice attitrée, d'un abord bien plus souple et avenant que Dame Qoliad. Apparemment née d'un père volus, releva pensivement l'amiral; ceci doit expliquer cela. L'empathie de Feylin et la poigne de Guerdan semblent parfaitement se compléter: les rapports de mission démontrent que leur numéro asari gentille agente / méchante Spectre, superbement rodé, a déjà fait merveille lors de plus d'un interrogatoire. La meilleure image que l'on puisse donner de Feylin Adamas est celle d'une rose aux épines rentrées, prêtes à jaillir. De la graine de Spectre, songea l'amiral tout en rehaussant d'un cran la priorité du suivi des états de service de la jeune chasseresse.

    Fini pour les peaux bleues. Padias Eldon s'attaqua au dossier suivant de l'équipe inter-espèces, le lieutenant-major de l'Alliance Damon da Costa. Sniper de première force, sa précision diabolique et son talent pour le camouflage l'indiquent aussi bien pour descendre des drones à très longue distance que pour couvrir la voie de repli de son unité. Qualifié N7, breveté pilote de navette d'assaut, formé à la survie en zone hostile, milieux arctique, désertique, équatorial humide, océanique... haute montagne, grandes profondeurs... vide spatial... Mmm... L'amiral préféra écourter l'énumération. Dernier point utile, l'Humain est beau gosse, et il le sait; il est beau parleur, et il en use. Beaucoup de bagout, mais sans jamais rien trahir d'essentiel. Là où les approches de Feylin sont grillées, c'est Damon qu'on envoie entreprendre les opérations de séduction envers les Asari ou les Humains. Des deux sexes, nota l'amiral: ce genre d'ambivalence ne choque apparemment plus l'espèce humaine; il n'en a pourtant pas toujours été ainsi. Étrangement, le lieutenant semble attirant même aux yeux d'espèces plus éloignées. Le vieil amiral galarien ferma les yeux en proie à la honte, au souvenir de sa propre nièce passée le voir alors qu'il consultait sur écran le dossier du N7, et lui ayant dit trouver ce dernier "plutôt mignon, pour un Humain"!! Sang Vert, mais qu'est-ce qui cloche avec les jeunes d'aujourd'hui?!...

    L'agent suivant... Ah, enfin un visage familier. Sudaj Lenks. Ou de son nom complet, Nasurn Aegohr Chobban Aka'Mon Sudaj Lenks: il est de bon ton pour un Galarien bien élevé de présenter l'intégralité de son matronyme lors d'une première rencontre. L'amiral se trouvait lui aussi être originaire de la grande cité-état d'Aegohr, sur le monde de Nasurn; et par le plus grand des hasards, il était apparenté au 5e degré au clan Sudaj. Pour en revenir à Lenks, cet Ingénieur talentueux a développé une spécialisation d'opérateur de drones, auxquels il délègue une grande part de ses tâches. Au terme de 11 ans de services remarqués au sein du GSI, le légendaire service secret de l'Union galarienne, Lenks a encore passé 3 années bien remplies dans les GEIST – soit au total plus du tiers de son espérance de vie. Il en a retiré entre autres une remarquable expertise en explosifs, s'étendant à l'identification et à la neutralisation des menaces Hazmat et NRBC. Accessoirement, ce professionnel taciturne fait aussi office d'infirmier de terrain de l'équipe. Padias Eldon tiqua machinalement devant une holovid de l'agent qu'il venait d'activer: Lenks avait beau être son unique congénère au sein de l'Unité N°1, l'amiral arrivait pourtant moins à lire sur le visage fermé du Galarien que sur celui de n'importe quel autre membre du groupe...

    ... À l'exception bien évidemment de la dernière arrivée parmi ce cercle d'agents d'élite. Car les traits de Llor'Issah vas Cymris demeurent en permanence cachés derrière cette visière opaque qui tient lieu de visage à tous les Quariens. Llor est issue du corps des Projets Spéciaux de la Flotte Nomade, ce qui lui a apporté des connaissances empiriques en matière d'Intelligences Artificielles qu'on n'enseigne pas dans l'espace concilien. Des années passées sur des milliards de lignes de codes en ont également fait une hackeuse de génie. Si Llor possède la débrouillardise et les talents technologiques presque intuitifs propres aux représentants de son peuple, elle y ajoute un solide sens des réalités et un bon instinct du terrain, qui font d'elle une excellente Infiltratrice. Une recrue de choix, songea l'amiral. Après tout, il avait lui-même pesé de tout son poids pour appuyer l'intégration de la jeune Quarienne dans les GEIST.

    Cependant, en dépit de ses qualités évidentes, la nouvelle venue éprouverait sans doute quelques difficultés à s'intégrer au sein de l'Unité N°1. En effet, celle-ci portait encore le deuil du prédécesseur de Llor'Issah, le commandant Serval Quirinus, un Franc-tireur turien de premier ordre mort en héros lors de leur dernière mission en date. L'équipe était tombée dans un guet-apens de mercenaires des Soleils Bleus, alors qu'elle devait rencontrer discrètement un informateur essentiel sur Benning. Ces Soleils Bleus étaient des pros: aucun agent n'aurait dû s'en sortir! Et si presque tous avaient finalement survécu, ce ne fut que grâce au sacrifice suprême du commandant Quirinus. Allez savoir pourquoi, lorsqu'il faut qu'un membre d'un groupe fasse don de sa propre vie pour le salut de ses compagnons, ce sont toujours les Turiens, soldats d'honneur s'il en est, qui quittent la scène les premiers...

    La galaxie est ainsi faite... La vie d'un agent d'élite du Conseil est une perpétuelle partie de quasar: quitte ou double!...

    –- Fais entrer l'Unité N°1, Virmire! ordonna brusquement l'amiral au drone d'assistance qui gravitait autour de ses frêles épaules. Leur temps est précieux, et le mien aussi...

    La porte du bureau se rétracta bientôt sur l'entrée du groupe au complet: Guerdan Qoliad la Spectre asari s'avançait en tête, longues enjambées et visage de marbre, avec sa souriante congénère Feylin Adamas légèrement en retrait à sa droite; Damon da Costa le tacticien marchait sur leurs talons, analysant visiblement la pièce en quelques mouvements de tête, tandis que Sudaj Lenks le technicien en faisait peut-être bien autant sans même bouger les yeux; Llor'Issah enfin fermait la marche d'un pas encore mal assuré. L'amiral galarien se leva derrière son bureau, puis s'adressa immédiatement aux agents qui venaient de s'aligner devant lui, de ce ton rapide et affairé qui trahit la nature hyperactive des membres de son espèce:

    -– Mes respects, Dame Qoliad. Salutations, agents. Bienvenue dans nos rangs, Ingénieure Issah. Tout d'abord, je tiens à vous renouveler mes condoléances pour la disparition de notre regretté collègue le commandant Quirinus. Son nom perdurera à jamais dans les mémoires de celles et ceux qui lui doivent la vie. Permettez-moi à présent de vous exposer les termes de votre nouvelle mission...

    [...]

    Répondre
    Dr Sordin Molus
    Posts: 67
    Début du sujet
    (@dr-sordin-molus)
    Membre
    Inscription: Il y a 5 ans

  • Épisode 3: Un foyer dans les étoiles

    Frégate furtive SSV Citadel, 9e Flotte concilienne –
    Quelque part en bordure de la Travée de l'Attique...

  • –- Passage du relais dans 20 secondes. Alignement OK. Flux OK. Vitesse OK. Dérive, corrigée. Prête pour le grand saut, M'dame? Dans 6... 5...

    Llor'Issah vas Cymris se tenait dans le poste de pilotage, tout à l'avant de la frégate, en compagnie du timonier humain le lieutenant Kang Jihui. La meilleure vue de tout le vaisseau sur l'espace devant d'elle. Ayant grandi sur la Flotte Nomade en perpétuelle errance, la Quarienne avait dû franchir plus de relais cosmodésiques dans sa vie que n'importe quel autre membre de l'équipage – à part sans doute Dame Guerdan Qoliad, la Spectre asari six fois centenaire. Pourtant, l'approche et le passage d'un de ces miracles de la technologie, vieux de plusieurs centaines de millions d'années, était un spectacle dont elle s'émerveillait toujours comme une enfant devant un tour de magie.

    Le SSV Citadel, frégate furtive de fabrication humaine, était l'un des vaisseaux légers de l'Alliance mis à disposition du Ministère de la Défense Concilien pour le transport rapide et le soutien de ses équipes spéciales GEIST. Conçue sur le modèle du légendaire Normandy SR-2 du commandant Shepard, la frégate avait été assemblée dans les années qui avaient suivi la fin de la Guerre du Dernier Cycle; et au regard des standards actuels, elle commençait à dater un peu. Mais elle avait bénéficié de toutes les modernisations nécessaires pour la maintenir au niveau des modèles militaires les plus récents. C'était vraiment un bon vaisseau, avec un bel équipage...


    S'étant aligné par l'arrière du relais gravitationnel, le Citadel en remontait à grande vitesse l'axe longitudinal. À l'approche de l'énorme noyau d'énergie irradiante qui formait le cœur de la gigantesque structure, Llor eut juste le temps de percevoir l'arrivée de quelques éclairs, semblant vouloir désintégrer le minuscule esquif venu chatouiller de trop près l'un des grands mystères de l'univers. Puis un flash presque subliminal, une légère sensation de poussée, réelle ou peut-être juste autosuggérée... Le vaisseau continuait à remonter le long du relais comme si rien ne s'était passé - sauf que la disposition des étoiles et des constellations qu'observait la Quarienne n'était plus du tout la même. Ce n'était plus le même relais, plus le même système stellaire non plus d'ailleurs. En un instant, la frégate venait d'être propulsée en une autre portion de la galaxie.

    Il était temps pour Llor'Issah de prendre congé. Le briefing de Dame Qoliad n'allait sans doute plus tarder...

    –- Merci, lieutenant. À une prochaine fois, sans doute?
    –- Toujours à votre service, M'dame...

    Lorsque la Quarienne traversa la vaste salle de commandement pour rejoindre sa cabine, c'était encore le commandant Joseph J. Hackett, capitaine en second, qui se tenait sur la passerelle de navigation. La voyant passer, le jeune officier humain lui adressa un sourire aimable. En tant que Spectre à la tête de l'Unité GEIST N°1 à laquelle avait été rattaché le SSV Citadel, Dame Qoliad était nominalement le capitaine de la frégate. Cependant, elle était souvent très prise par la préparation, l'exécution, et le suivi des missions au sol qui lui étaient confiées, et était également peu motivée par les manœuvres spatiales et la gestion d'un équipage d'une quarantaine d'officiers, marins et soldats. C'est donc bien volontiers que l'Asari déléguait la direction du vaisseau à son très compétent capitaine en second. Joe Hackett n'était autre que le petit-neveu du célèbre amiral Steven Hackett, le héros de la Guerre du Dernier Cycle; et il était bien parti pour marcher sur les traces de son illustre modèle familial: à différents postes d'officier, il avait déjà pris part à quatre affrontements spatiaux contre diverses confréries pirates et factions turbulentes des Systèmes Terminus, ainsi qu'au soutien de nombreuses opérations au sol. Son équipage avait manifestement le plus grand respect pour son professionnalisme.


    Ce microcosme en vase clos comprenait bien d'autres figures marquantes. Ainsi, le petit contingent de soldats embarqués, tous humains, était placé sous les ordres du second lieutenant Ksénia Chesnokova: marine décorée sortie du rang, une coupe en brosse, une mâchoire de boxeur, un lexique des plus fleuris employé sur un ton de commandement propre à terroriser tout un peloton de vétérans turiens, et un sens de l'humour oublié dans le ventre de sa mère... Dame Qoliad semblait beaucoup l'apprécier. Quant à l'ingénieur en chef ayant rang de lieutenant, le professeur Bel Gottras, c'était un Galarien qui avait travaillé pour son peuple sur de nombreux projets secrets de vaisseaux militaires, et qui connaissait sur le bout de ses longs doigts tous les systèmes d'armements, détection ou propulsion les plus à la pointe de la technologie. Il était impossible de se dépêtrer lorsqu'il lançait une conversation sur ces sujets. Le professeur avait grandement aidé à optimiser le vieux SSV Citadel, afin d'en faire un vaisseau à même de soutenir la comparaison avec la toute dernière génération de frégates de l'Alliance.

    En la croisant près de l'ascenseur du Pont de commandement, Llor'Issah salua également le médecin de bord, le docteur Hésap Avidar; une Butarienne. Ceux qui considèrent indifféremment tous les Butariens comme des pirates et des brutes à louer, oublient un peu vite qu'avant la quasi-destruction de leur civilisation par les Moissonneurs vingt ans plus tôt, ce peuple avait développé et entretenu l'une des médecines les plus avancées de la galaxie. À l'opposé du stéréotype du Butarien des Systèmes Terminus, le docteur Avidar se distinguait par une personnalité réellement attachante. Elle prenait grand soin de la santé de tous les membres d'équipage quelle que soit leur espèce, mais avait des attentions particulières pour la petite nouvelle quarienne dont elle connaissait l'extrême déficience des systèmes immunitaires. Les histoires qu'elle prodiguait parfois durant ses soins, au sujet de sa survie sur Khar'Shan lors de l'invasion des Moissonneurs, pouvaient faire dresser les cheveux sur la tête des membres d'espèces pourvues de tels attributs pileux – ce qui était le cas de Llor.

    Au moment d'atteindre la cabine qu'elle partageait avec Feylin Adamas, la seconde Asari de l'équipe, la Quarienne buta sur son collègue humain le lieutenant N7 Damon da Costa, qui sortait de la cabine voisine:

    –- Oh! Salut, Miroir Magique. Je ne serais pas étonné que Guerdan nous convoque dans très peu de temps, maintenant. Je serais toi, je me passerais vite fait un petit coup de lave-glace sur le visage!

    Miroir Magique: Damon n'appelait plus autrement la jeune recrue quarienne. Une forme de bizutage vraisemblablement basée sur l'aspect réfléchissant de la visière opaque de la combinaison environnementale de Llor. Une référence à un conte terrien des Frères Grimm, selon Guerdan qui laissait dire. Au sein de la petite unité GEIST, elle-même n'appelait la nouvelle venue qu'"Issah", tandis que Sudaj Lenks, l'Ingénieur galarien, ne lui accordait aucun nom les rares fois où il lui adressait brièvement la parole pour raisons de service. Seule Feylin, sa compagne de cabine, semblait lui témoigner une réelle sympathie. Feylin était une biotique surentraînée, dotée d'un redoutable potentiel de tueuse à mains nues; et pourtant, c'était aussi une bonne nature – ou tout au moins, elle en donnait l'apparence...

    –- Il faut les comprendre, réexpliquait patiemment l'Asari. Ils sont encore en deuil du commandant Quirinus. C'était vraiment un type formidable. Sans lui, on serait tous morts sur Benning. Le problème pour toi qui passes après lui, c'est qu'il a vraiment placé la barre très haut.
    –- Et toi-même?
    grogna Llor d'un ton boudeur. Tu ne me prends pas pour une intruse? Qu'en est-il de ton propre deuil?

    Feylin se mordit la lèvre comme si la question la gênait.

    –- C'est compliqué... En fait, Serval et moi... Il y avait eu quelque chose de plus... particulier entre nous. Déconseillé en mission, mais Guerdan savait regarder ailleurs. Parfois, j'aime à me dire que c'est pour moi qu'il s'est sacrifié. Et d'autres fois, cette idée me fait mal à en chialer. Bon, je mettrai du temps à tirer un trait, ça c'est sûr. Mais ce n'est pas pour autant que je ne vais pas t'aider à trouver tes marques...

    L'alarme de l'intercom bipa brusquement dans la cabine. C'était Guerdan, comme prévu; sur un ton très autoritaire, comme prévisible:

    -– Briefing chez moi dans deux minutes! Et on traîne pas des pieds, Issah...

    * * * * * *

    Alors même que le Citadel disposait d'une petite salle de conférence sécurisée, l'ultime réunion préparatoire avant chaque mission se tenait systématiquement dans la cabine privée de Dame Qoliad, sur le Pont extérieur. C'était un rituel convivial auquel, étonnamment, celle-ci tenait beaucoup. En tant que capitaine en titre de la frégate, son logement était bien plus vaste et mieux meublé que les quartiers des agents, sans parler de ceux de l'équipage. La Spectre asari y avait d'ailleurs apporté une touche personnelle de ce bon goût thessien qui fait l'admiration de toute la galaxie: preuve que sous son visage blasé et ses cicatrices, elle entretenait toujours cette âme d'esthète propre à son peuple...


    Un verre dans une main et un datapad dans l'autre, Lenks, Damon, Feylin et Llor allèrent donc s'asseoir sur les fauteuils et canapés du coin salon. Chacun se rappelait que lors du briefing précédent, Serval Quirinus se tenait encore parmi eux en lieu et place de la Quarienne; l'évocation demeura cependant muette. Restée debout, Guerdan prit la parole:

    –- Comme vous le savez, on nous a envoyés enquêter sur une piste en rapport avec ces raids meurtriers qui viennent d'anéantir plusieurs petites stations et colonies humaines isolées de la Travée de l'Attique, l'une après l'autre au cours des derniers mois. Des revendications authentifiées relient ces attaques aux terroristes butariens du groupe Bahak'Je Relag.
    –- "Les enfants de Bahak"
    , intervint Damon avec un rictus mauvais. Les vengeurs autoproclamés de ce système butarien incinéré par le commandant Shepard, juste avant l'invasion des Moissonneurs... Pas vraiment des grands fans de l'humanité!
    –- Je vois que tu as toujours le même goût pour la litote
    , reprit Guerdan après un léger sourire. De fait, les décomptes des corps ont indiqué que nombre de colons humains sont portés disparus: il est donc vraisemblable que Bahak'Je Relag s'autofinance en revendant ses prisonniers aux esclavagistes des Systèmes Terminus, où cette pratique est largement tolérée.
    Ce qui inquiète davantage le Conseil
    , poursuivit la Spectre asari sur un ton soucieux, c'est que cette bande de minables dispose des moyens, et souvent des renseignements classifiés leur permettant de s'en prendre aussi vite à tant de colonies parfois très bien défendues. Des messages interceptés et des recoupements d'informations ont mis le MDC sur la piste d'un réseau d'esclavagistes butariens, sur la station Oméga: non contents d'écouler les "prises de guerre" de Bahak'Je Relag, ce sont apparemment eux qui les fournissent en ressources et leur désignent leurs cibles. Notre boulot à nous, ce sera donc d'apprendre d'où ces fumiers tirent leurs informations confidentielles...
    Bien sûr, pas question de traverser les Systèmes Terminus et d'accoster à Oméga à bord d'une frégate militaire du Conseil! On rejoint d'abord Horizon dans le système Iéra, et là, on embarquera avec une partie réduite de l'équipage sur un petit cargo modulaire, le
    MSV Zheng He. Identifiants trafiqués, historiques de contrebandiers, profil bas... La routine habituelle, quoi! Je vous ai transmis sur vos Omnitechs les premières pistes que nous devrions suivre une fois sur Oméga. Un dernier mot: cette affaire pourrait être bien liée à celle du trafic d'ézo qui a coûté la vie de Serval sur Benning. Si tel est bien le cas, on est confrontés à des adversaires qui jouent gros, sur plusieurs tableaux. Bon, quelqu'un a des questions?
    –- Oui, moi
    , plaisanta Damon pour détendre l'atmosphère. À quelle heure on mange?

    Sudaj Lenks soupira avant de babiller aussi précipitamment qu'à son habitude:

    –- Damon, 19e fois que tu nous ressors cette vieille blague de l'Alliance. Avec mémoire eidétique des Galariens, première redite provoque déjà lassitude. Comique de répétition est inconnu chez nous. Notion intransposable.
    –- Un jour, j'arriverai à te faire rire aux larmes, Sauterelle. Un jour, tu verras...
    –- Oh, "Sauterelle"?
    releva Llor. Alors comme ça, l'Humain colle des sobriquets même aux anciens, ici?
    –- Pas à Guerdan
    , corrigea le Galarien en souriant. Pas suicidaire, non.

    La Quarienne n'était pas mécontente que l'ambiance commence à se dégeler en sa présence. Peut-être qu'à l'issue de cette mission, se disait-elle, elle serait enfin devenue membre à part entière de l'Unité N°1...

    [...]

    Répondre
    Dr Sordin Molus
    Posts: 67
    Début du sujet
    (@dr-sordin-molus)
    Membre
    Inscription: Il y a 5 ans

  • Épisode 4: En virée sur Oméga

    Nébuleuse d'Oméga – Système Sahrabarik – Astéroïde Oméga -
    District de Gozu, club Eezo Booster

  • L'Eezo Booster était certes loin d'être une des boites les plus miteuses d'Oméga. Mais sur la Citadelle, il aurait réuni la plupart des critères pour obtenir ce titre: service d'ordre essentiellement composé de Krogans et de Butariens lourdement armés, plus orienté vers la dissuasion que le standing; décoration criarde alternant néons aggressifs et sombres recoins; musique électronique impersonnelle et assourdissante; boissons d'origines douteuses vendues à des prix indécents; danseuses asari de troisième ordre compensant le manque de talent par la vulgarité des postures; clientèle peu raffinée où se côtoyaient pirates ou mercenaires venus fêter une grosse rentrée d'argent, et losers empoudrés au sable rouge... Mieux valait ne pas aller comparer la propreté des toilettes à celle du bar!


    Leurs investigations menées sur la capitale officieuse des Systèmes Terminus avaient conduit les enquêteurs conciliens jusqu'au commanditaire et financier du groupe terroriste Bahak'Je Relag, responsable de nombreuses attaques meurtrières contre des colonies humaines: Vasan Erdrast, le dirigeant d'un important réseau esclavagiste butarien spécialisé dans le "dressage" et la revente de captifs humains, et qui depuis quelques mois inondait le marché d'arrivages massifs de malheureux fraîchement raflés. Hélas, ce sympathique individu était d'un accès nettement plus difficile que les petits informateurs avec lesquels l'unité GEIST avait eu à traiter jusqu'alors sur Oméga: résidence et bureaux hyper-sécurisés dans le district de Tuhi, au moins une navette d'escorte armée lors de ses déplacements urbains... Il était vite apparu que le seul point faible d'Erdrast était ce club où il avait ses habitudes.

    Les agents spéciaux de la Citadelle n'ont aucun statut sur la station pirate – en dehors peut-être de celui de cibles, pour les nombreuses organisations criminelles ayant déjà eu maille à partir avec ces chiens de chasse du Conseil. Les enquêteurs avaient donc revêtu les tenues civiles qui convenaient à leurs identités d'emprunt, et laissé de côté les pièces d'armures les plus voyantes. Ils ne portaient guère que les boucliers cinétiques et les armes de poing visibles indispensables à quiconque s'aventurait sur "le monde sans lois", ainsi que les Turiens appelaient Oméga. Bon, les armes, il avait tout de même fallu les laisser à l'entrée du Booster...

    Les cinq agents sous couverture étaient arrivés séparément, et d'une manière générale faisaient mine de ne pas se connaître. Dame Guerdan Qoliad, très élégamment encapuchonnée afin de maintenir la discrétion sur son identité de Spectre, occupait une table en compagnie de Damon da Costa, le lieutenant N7. Feylin Adamas, habillée et maquillée de manière assez provocante pour incarner au mieux l'archétype de la courtisane asari, circulait de box en tabouret de bar en donnant l'impression de passer proposer compagnie rétribuée et services équivoques. Llor'Issah restait assise seule au bar, semblant jouer le rôle de la pèlerine quarienne désargentée voulant faire durer son verre le plus longtemps possible. Quant à Sudaj Lenks, l'Ingénieur galarien, il se déhanchait de manière ridicule sur la piste de danse, en feignant une légère ivresse.

    Vasan Erdrast, lui, trônait dans son imposante alcôve VIP, dont l'accès aux marches était sévèrement gardé par deux solides brutes kroganes en armures. Très richement sapé – quoique d'une façon trahissant des goûts outrageusement ostentatoires plutôt qu'un réel sens de l'élégance –, il s'était entouré d'une cour remuante d'une demi-douzaine de Butariennes et d'Asari légèrement vêtues, et au rire haut perché. Il y avait également deux Humaines, au sourire plus forcé que les autres hôtesses. S'il s'agissait bien de "propriétés" personnelles de l'esclavagiste, elles avaient vraisemblablement l'un de ces ignobles dispositifs asservisseurs butariens implanté à la base de la nuque. Damon observait fixement le groupe – trop ouvertement au goût de Guerdan, qui lui envoya un discret appel du pied. Elle nota que son verre se fendillait de plus en plus dans son poing serré: il n'était pas difficile de deviner ce qu'il aurait voulu faire s'il avait pu tenir le trafiquant de chair humaine entre quatre murs...

    À la table voisine de celle des deux agents, un Volus esclave du sable rouge, qui tentait de profiter des faibles et éphémères pouvoirs biotiques que lui conférait sa drogue, venait de renverser son verre sur son voisin vortcha en essayant de le faire danser, et déjà la situation commençait à s'envenimer. Guerdan jugea la diversion opportune pour convoquer un conciliabule audio, à l'aide d'un signal discret envoyé sur Omnitech. Llor'Issah s'était assurée avant la mission que le communicateur de chacun présenterait un niveau de sécurité optimum, à même de déjouer toute interception. Feylin rejoignit au bar un tabouret voisin de celui de la Quarienne, et commanda un verre d'une liqueur légère. Lenks, lui, alla s'isoler sur une banquette en donnant l'impression de consulter ses messages sur son Omnitech.


    –- Bon, entama Guerdan, vous avez fait vos repérages? J'attends vos propositions...
    –- J'ai noté où la navette d'Erdrast est garée
    , avança Damon. C'est à un bloc d'ici, et l'escorte ne s'en éloigne jamais. Quand le Butarien et ses gardes sortiront, on pourrait monter une diversion sur leur trajet, et les rabattre dans une embuscade. Au corps-à-corps, Feylin: en silence, vite fait bien fait. En agissant rapidement, avec un bon plan de repli et les communications brouillées, on pourrait exfiltrer la cible avant que l'escorte ne réagisse. Dommage pour les deux Krogans...
    –- Non je ne crois pas
    , argumenta rapidement Lenks. Les tatouages faciaux et insignes sur les épaulières armures des Krogans: ils travaillent pour les Serres. Gang de contrebandiers, mais se diversifient entre autres dans la sécurité privée, même pour une ordure d'esclavagiste. Rivaux de longue date d'Aria T'Loak, aussi. La situation du moment est plutôt tendue sur Oméga entre Aria, les Serres, et d'autres groupes: lutte d'influences récente, réglée par accords tacites, maintien d'une paix armée très ténue. Si les Krogans sont descendus par attaquants indéterminés, les Serres croiront que le coup vient d'Aria. Pire scénario: pourrait cristalliser l'opposition contre Aria, rallumer une nouvelle guerre des gangs globale sur la station; bouleverser l'équilibre des forces actuel; déstabiliser l'économie de tout le secteur de la Nébuleuse d'Oméga. Personne ne veut de ça, non.

    Non en effet, personne ne souhaitait voir impliquée la Reine pirate d'Oméga, la dirigeante informelle de l'astéroïde et de ses riches exploitations d'élément zéro: une personnalité redoutablement intelligente, mais tout aussi impitoyable, et qui n'a jamais compté les milliers de cadavres sur lesquels asseoir son pouvoir. Le problème restait donc entier. De manière surprenante, c'est de Llor'Issah, la dernière recrue à avoir rejoint l'équipe, que vint la proposition décisive:

    –- J'ai peut-être une idée. Un truc ramené de Pèlerinage...
    –- Étonne-nous, Miroir Magique
    , l'encouragea Damon en appelant la Quarienne par le sobriquet qu'il lui avait trouvé.
    –- Dame Qoliad, j'ai déjà examiné les plans de ce bouge. J'ai noté qu'il existe dans les toilettes une gaine de ventilation assez large pour s'y dissimuler en embuscade, pour y circuler avec la cible quand il aura été neutralisé, et permettant de rejoindre rapidement un endroit discret à l'extérieur, proche du point d'évacuation...

    Guerdan adressa un regard interrogateur à Lenks, qui depuis sa banquette fit tourner quelques schémas sur son Omnitech, puis acquiesça finalement en silence: oui, il existait bien un tel réseau de ventilation, et oui, la sécurité pouvait en être neutralisée sans problème.

    –- Ça ne marchera pas, Issah, soupira Guerdan. Les toilettes sont toujours très occupées: sniffeurs de sable rouge et autres hédonistes... Et il n'y a aucune chance pour qu'un type comme Erdrast entre où que ce soit sans ses deux varrens de garde...

    Llor sortit alors de sa ceinture un minuscule cylindre empli d'un liquide brun, et le fit discrètement passer à sa voisine:

    –- Feylin, tu vois le harem qui frétille autour de ce sale bosh'tet d'esclavagiste? Tu penses que tu arriverais à lui faire suffisamment d'effet pour passer le barrage de ses gardes, et à l'approcher d'assez près pour verser furtivement ceci dans son verre?
    –- Pas de problème, ma chérie
    , minauda la belle Asari. 'Furtivement', c'est mon deuxième prénom!
    –- Très bien
    , reprit la Quarienne. Dame Qoliad, vous pouvez aller vous poster dans la gaine. Je peux vous garantir que peu après que Feylin ait joué son rôle, vous verrez le Butarien entrer seul aux toilettes, sans ses Krogans...

    L'échange avait duré moins de deux minutes. Guerdan et Damon quittèrent le club en se tenant par le bras, Lenks les suivant d'un pas mal assuré quelques minutes plus tard. Llor'Issah demeura au bar, gardant un œil sur l'alcôve d'Erdrast derrière sa visière opaque. Elle put bientôt observer Feylin entamer les manœuvres de séduction convenues, rejoindre la compagnie du Butarien en réponse à l'appel de celui-ci, puis jouer des coudes au milieu des autres prétendantes afin de l'approcher au plus près. Après avoir partagé plusieurs éclats de rire complices avec le répugnant personnage, l'Asari trouva un prétexte pour rejoindre le bar. Ce faisant, elle se perdit dans la foule des fêtards pour mieux gagner la sortie sans être remarquée. Llor n'avait pas vu Feylin utiliser le produit qu'elle lui avait remis, mais elle devinait que son amie s'était acquittée de sa mission avec brio.

    Peu de temps après, la Quarienne nota qu'il était en train de se passer quelque chose du côté des toilettes. Les deux gardes du corps krogans y pénétrèrent en coup de vent pour en expulser sans ménagement les consommateurs présents, puis y firent entrer Erdrast avançant péniblement en posture de pénitent tandis qu'ils se plaçaient de part et d'autre de la porte. Au bout de deux minutes, Llor reçut sur son communicateur le signal lui indiquant de se rendre au point de rendez-vous prédéterminé.


    Cinq minutes plus tard, elle rejoignait l'entrée d'une impasse à deux blocs du club, à l'écart des principales sources de lumière artificielle des coursives crasseuses d'Oméga. Guerdan et Damon l'y attendaient déjà à côté d'une de leurs deux navettes urbaines. C'est l'Humain, assez exalté, qui prit la parole le premier:

    –- C'est bon, Miroir Magique: on l'a chopé! Super, ton idée! Feylin et Lenks l'ont déjà emmené à la planque B, on les y rejoint tout de suite. Les deux Krogans feront vite le lien avec le passage de Feylin, et ne manqueront pas de diffuser son portrait-robot sur toute la station; il faudra qu'elle fasse profil bas jusqu'à notre départ.
    –- Ah ça
    , grogna Guerdan, on peut dire que la cible n'aura guère opposé de résistance... Par la Déesse, Issah, ce Butarien était littéralement en train de se liquéfier du fond! Et cette puanteur! Mais enfin, qu'est-ce que c'est que ce truc que tu lui as fait avaler!?
    –- C'était de l'infusion de pousse de f'oona; j'en ai toujours un peu sur moi. Sur la Flotte Nomade, on s'en sert comme complément pour nos rations végétariennes. J'ai pu observer que pour les organismes dont l'alimentation est basée sur des acides lévo-aminés, c'est-à-dire ni quariens ni turiens, cette substance est totalement insipide, surtout mélangée à de l'alcool. Par contre, elle provoque assez vite une violente réaction de rejet, limitée toutefois à des ravages intestinaux... particulièrement humiliants! Je savais que ce
    bosh'tet vaniteux chercherait à s'isoler, sans ses gardes du corps...
    –- Pas mal joué, Issah
    , apprécia la Spectre asari. On fera peut-être quelque chose de toi...
    –- Hé Guerdan
    , plaisanta Damon, rappelle-moi de décliner l'offre si Miroir Magique m'invite un soir à passer prendre un dernier verre!

    [...]

    Répondre
    Page 1 / 3
    Share: