récit campagne mass...
 
Notifications
Retirer tout

récit campagne mass effect, scénario d'intro Raegarn

Page 3 / 3

D'Eon
Posts: 52
Début du sujet
(@deon)
Membre
Inscription: Il y a 5 ans

Alors, soyons honnêtes, je ne fais jamais rater un scénario d'intro, quitte à tricher éhontément sur les dés. Le but n'est pas de frustrer le joueur d'entrée de jeu. C'est de donner un aperçu de l'univers, du système de jeu, de ma façon de meujeuter etc.

Est-ce que je fais ça avec chacun de mes joueurs... oui et non. Je meujeutise deux sortes de JdR.

Des jeux façon donjons et dragons où le but est de faire du grobillisme assumé, où la montée en puissance et empiler les objets + quarante douze fait partie intégrante du plaisir du jeu. Dans ces parties là, le scénario va chercher dans l'épique, les héros sont des roxxors de la mort qui tue, je les piège peu et la difficulté n'est là que pour montrer à quel point ce sont des légendes en devenir. Dans ces jeux là, le background des personnages a assez peu d'importance, j'ai beaucoup de joueurs (entre 6 et 8 à la table), de tous niveaux. Donc le but est avant tout de s'éclater en tabassant du mob et en sauvant de la princesse en descendant des quantités de soda et de bière qui feraient honte à un américano-allemand. Là, j'ai tendance à privilégier des intro collectives in media res, directement au cœur de l'action. Comme mes joueurs débutants se foutent un peu du RP et que mes joueurs plus motivés me fournissent généralement des pages de background, j'ai pas besoin de chercher bien loin pour trouver un moyen de les mettre tous au même endroit au même moment.

Puis il y a des jeux plus intimistes, au premier rang desquels je mets vampire, où là j'ai, le plus souvent, deux joueurs, parfois trois et même quelquefois un seul joueur. Dans ces jeux là, la progression du personnage, point de vue stat, n'a aucune importance. J'encourage mes joueurs à pondre un personnage qui leur plaît d'entrée de jeu, quitte à gonfler un peu la quantité de points théoriquement disponibles à la création, parce qu'il gagnera très peu de compétences au fil du jeu. Là, c'est le roleplay et l'évolution du personnage dans l'univers qui est importante, de même que l'interaction entre les PNJ et lui. Chaque trait de caractère, chaque point dépensé, doit avoir une justification RP et servira à l'aventure, pas juste à empiler les bonus "au cas où la situation se présenterait." C'est un genre de jeu que je réserve à de petites tablées de joueurs motivés, disponibles et relativement aguerris.

Parce que pour répondre en définitive à la question : oui, c'est carrément chronophage. Pas tellement en nombre de séances ou en durée de ces séances. Le scénario que vous voyez retranscrit ici, c'est 3 séances Skype de 3 heures (plus un petit adendum d'une heure), sachant qu'il faut compter les pauses pipi, repas et les afk pour diverses raisons. En réel, j'aurais bouclé ça en une soirée. Mais ça demande une préparation en amont qui n'a rien à voir avec les scénarios pop corn que je meujeutise à donjons où, là plupart du temps, j'ai un point de départ et une idée directrice, puis je laisse les joueurs construire l'histoire et me donner des idées au fur et à mesure de leurs conneries. Ils sont leur propre générateur d'aventures tellement ils font de la merde, tout en essayant de rester sérieux et de jouer correctement. Ce qui au final est, à mon sens, ce qui se rapproche le plus d'une vraie aventure : on tente des trucs, on sait pas trop comment faire, parfois ça marche, parfois ça marche pas. Mais sur du vampire (par exemple), tu peux pas te permettre d'improvise un PNJ "Jo le clodo random" pour sortir un indice du chapeau. L'ambiance est trop sombre et sérieuse, les joueurs passent trop de temps à se dépatouiller dans mes histoires, pour que je puisse faire autrement que préparer sérieusement ce qui va se passer.

Mass Effect va être une nouvelle expérience hybride pour moi. J'ai peu de joueurs, connaisseurs du lore, impliqués et motivés. Donc je détaille, j'exploite, autant que faire se peut, leur BG, et je ponds des histoires dans lesquels ils sont des éléments centraux non remplaçables par un nouveau PJ si jamais le leur vient à calencher. Mais d'un autre côté, si je fais du space opéra, c'est pour faire péter des systèmes solaires, décider du destin de races entières et mettre du piou piou laser partout. ME est un cadre très chouette pour ça, qui met l'accent autant sur le RP (merci bioware) que sur le défourraillage.

Là, vous avez vu la partie défourraillage. Vous verrez bientôt la partie RP avec l'intro du diplomate asari (que je vais probablement faire jouer avant l'émergence des humains, ou juste après, je sais pas trop encore, ça dépendra de l'âge que mon joueur donnera à son personnage).

Répondre
Kermi
Posts: 21
(@kermi)
Membre
Inscription: Il y a 5 ans

J'ai hâte de lire l'intro de Mirana. :)

Encore merci pour cette intro bien sympathique.

Par là pour le lore du ptit Raegarn : viewtopic.php?f=7&t=356

PS :

il est loin d'avoir survolé les combats

Maieuh... C'était un sniper krogan... Un putain de sniper krogan quoi !!!.

Sérieusement, me concernant je préfère justement jouer comme ça, ressentir l'adrénaline, la peur que mon perso y passe même si c'était qu'une partie d'intro et que je me doutais que le MJ allait pas me vaporiser d'entrée. :D

Répondre
Page 3 / 3
Share: